L'édito

Mon engagement dans la commission d’enquête d’accès aux soins : un engagement pour notre territoire

Aujourd’hui, jeudi 19 avril, j’ai l’honneur de présider les premières auditions de la commission d’enquête sur l’égal accès aux soins des Français sur l’ensemble du territoire et sur l’efficacité des politiques publiques mises en œuvre pour lutter contre la désertification médicale en milieux rural et urbain. La journée débutera par l’audition commune des ordres médicaux avec les représentants des Conseils nationaux de l’Ordre des médecins, des chirurgiens-dentistes, des sages-femmes et des pharmaciens.

Dès la semaine prochaine, je me rendrai disponible pour rencontrer aussi les acteurs médicaux et les élus de la circonscription qui souhaitent apporter à ce travail, leur retour d’expérience ou leurs idées sur le sujet.

« Chaque citoyen doit avoir accès à une médecine de qualité, quel que soit l’endroit où il vit ». Ces mots sont ceux du Premier Ministre Édouard Philippe au lancement du Plan gouvernemental de madame la Ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn. Ces mots formulent précisément la volonté de tous, car les difficultés d’accès aux soins sont une réalité ; obtenir un rendez-vous relève du parcours d’obstacles, parfois lorsqu’il s’agit d’une consultation auprès d’un médecin généraliste, souvent auprès d’un spécialiste.

En tant que citoyen et en tant qu’ancien élu local, j’ai mesuré l’accroissement de la distance avec les services médicaux, généraux ou spécialisés, et comme beaucoup, éprouvé la crainte  de ne plus y avoir accès à moyens termes.

Alors même que le Gouvernement n’a pas attendu pour se saisir de la question en lançant, au mois d’octobre dernier, un plan de renforcement d’accès territorial aux soins, le Parlement a choisi d’ouvrir une commission d’enquête qui, en parallèle du volet « suivi et évaluation » du plan gouvernemental, veillera lui aussi à l’efficacité des nouvelles mesures en place et continuera d’ouvrir le champ des nouvelles perspectives.

Le sujet est en effet fort complexe. La France n’a jamais formé tant de médecins qu’aujourd’hui. Or depuis plusieurs décennies, les déserts médicaux progressent et souvent, cette désertification témoigne d’une fracture entre les territoires. Le milieu rural n’est pas le seul affecté par cette situation comme on pourrait l’imaginer. On observe que les périphéries urbaines également souffrent d’une offre de soins insuffisante, car très souvent mal déployée.

Comme Philippe Vigier, rapporteur de la commission, je considère la situation d’accès aux soins comme mettant à mal la cohésion sociale, et ce dans des délais relativement proches. Voilà la raison d’être du plan gouvernemental présenté à l’automne par madame Agnès Buzyn. Voilà également une raison supplémentaire de l’existence de notre commission.

Main dans la main, l’ensemble des membres de cette commission devrons mener nos réflexions sur l’organisation des études de santé et l’attractivité des carrières des professionnels de santé, sur l’organisation du parcours de soins, sur les mesures publiques d’aide à l’installation, sur les mesures conventionnelles de régulation et les initiatives prises, enfin sur les expérimentations décidées par les collectivités territoriales, en lien avec les professionnels de santé.

Il nous revient ainsi de comprendre les freins et les leviers à l’égalité d’accès aux soins de nos concitoyens et pour cela, de solliciter les professionnels en place ainsi que les étudiants, viviers de notre santé demain. Évidemment, nous devons aussi être à l’écoute des bénéficiaires, et je tiens à le souligner, des bénéficiaires sur leurs territoires, avec les spécificités que ces territoires comportent. Enfin, ouvrons notre regard et allons à la découverte de ces startups, en France et ailleurs, qui scrutent et expérimentent. Peut-être trouverons-nous aussi auprès d’elles, des clés qui contribueraient à l’égalité dans l’accès aux soins dans le futur !

Avant mon élection, j’avais précisé que j’engagerais mon action parlementaire en cohérence avec les problématiques significatives de mon territoire. Présider cette commission en lien avec la difficulté d’accès aux soins, à l’instar du rapport que je porte sur la Politique Agricole Commune post-2020, des Matins Coopérants que j’ai organisés sur la Formation Professionnelle et l’Apprentissage, de mon implication au sein du Haut Conseil de la Vie Associative ou bien encore de mon engagement auprès du groupe de travail sur les PME-TPE, me semble tracer la voie vers le cap fixé l’an passé.

Audition commune des ordres médicaux sur le portail vidéo de l’Assemblée Nationale

%d blogueurs aiment cette page :