A L'assemblée

Commission des affaires européennes et économiques : M. Phil Hogan

Commission des affaires européennes et économiques : M. Phil Hogan

Au nom du groupe La République en Marche, je vous remercie pour votre venue, qui est un signal positif pour l’avenir. Vous indiquez que vous aurez besoin de notre soutien ; nous aurons également besoin du vôtre. La France est un grand pays agricole. Nous sommes les premiers bénéficiaires de la PAC. Nos attentes sont grandes vis-à-vis de la PAC 2020. Elle doit être ambitieuse, comme l’a rappelé le Président de la République dans son discours à la Sorbonne le 26 septembre dernier. Il a souhaité que puisse être ouverte « de manière décomplexée et inédite » une réforme de cette PAC qui soit « l’instrument de la transition agricole et de la souveraineté de l’Europe face aux grands défis de la mondialisation ».

Ma première question porte sur la nécessité d’assurer la résilience de toutes les exploitations agricoles. En effet, la nouvelle PAC va-t-elle instituer des filets de sécurité et des mécanismes assurantiels contracycliques pour les agriculteurs les plus fragiles – les jeunes, les modestes, ceux qui sont dans une filière en difficulté – afin de leur assurer une réelle protection contre les aléas climatiques et économiques ?

Ma deuxième question porte sur la place des agriculteurs dans la répartition de la valeur ajoutée au sein de la chaîne alimentaire. Comme le rappelé M. Lescure, cette question est le premier chantier des États généraux de l’alimentation : comment la nouvelle PAC peut-elle favoriser la place des agriculteurs dans la filière agroalimentaire ?

La transition environnementale est souhaitable, c’est aussi un défi à relever pour le siècle à venir. Une agriculture durable, c’est une agriculture qui contribue à la vitalité de nos territoires ruraux, à la préservation de l’environnement et qui participe à la lutte contre le réchauffement climatique. Je suis co-rapporteur, avec M. André Chassaigne, d’une mission d’information sur les perspectives de l’agriculture durable dans l’Union européenne. Il s’agit, vous l’avez souligné, du chantier de l’Union pour les vingt prochaines années. Comment la nouvelle PAC va-t-elle aider les agriculteurs à évoluer et à assurer cette transition vers une agriculture durable ?

%d blogueurs aiment cette page :